Oksa Pollock, tome 1 d’Anne Plichota et Cendrine Wolf

Bonjour !

Cette chronique aurait dû sortir ce week-end mais je n’ai pas du tout eu le temps de lire donc forcément, je ne l’ai pas fini mais je suis de retour !

Le livre :

Oksa Pollock 1

Poche

648 pages

Pocket Jeunesse « PKJ »

8,50 euros

resume

Le jour de la rentrée dans son nouveau collège à Londres, Oksa voit sa vie bouleversée : voilà qu elle découvre en elle des dons surnaturels ! Terrifiée à l idée de s attirer des ennuis, elle n ose d abord en parler à personne. Pourtant, Dragomira, son excentrique mais sympathique grand-mère, aurait pu lui expliquer tout de suite la raison de ces surprenantes aptitudes, lui raconter enfin le secret qui pèse sur leur famille d exilés… La famille Pollock vient en effet d Edefia, un monde invisible caché quelque part sur terre… Au cours d aventures fantastiques, Oksa réussira finalement à concilier sa vie de collégienne ordinaire et son étonnant destin.

mon-avis

Je connais ce livre depuis que je suis au collège, mais il ne m’a jamais attiré plus que ça. L’ancienne couverture faisait un peu trop enfantin à mon goût mais j l’ai acheté avec la nouvelle couverture et ça allait tout de suite mieux !

L’histoire peut être un peu clichée quand on ne lit que le résumé, mais en réalité, c’est tout sauf ça !

Quand Oksa déménage à Londres avec sa famille et celle de son meilleur ami, des phénomènes étranges vont de produire. Oksa va découvrir qu’elle a des pouvoirs magiques et qu’il existe un autre monde que le nôtre.

J’ai adoré nôtre héroïne Oksa car elle est très courageuse pour une collégienne et elle s’adapte très vite à sa nouvelle vie à Londres et avec ses pouvoirs magiques.

Son ami Gus est aussi très attachant parce qu’il est super drôle mais il fait souvent des crises de jalousie quand Oksa parle à un autre garçon et parce qu’elle a des pouvoirs et est donc « supérieure » à lui.

La grand-mère d’Oksa, Dragomira, est aussi très importante dans le récit car c’est elle qui va former Oksa pour qu’elle sache gérer ses pouvoirs. C’est aussi elle qui a pleins de créatures magiques qui ont l’air trop mignonnes ou hilarantes comme les Foldingots qui l’aident dans tout ce qu’elle fait, ou le Curbita-peto qui aide Oksa à ne pas se servir de ses pouvoirs n’importe quand.

En bref, c’est un gros roman jeunesse de 600 pages, mais il ne faut pas avoir peur de se lancer parce que l’histoire en vaut la peine et que la suite a l’air encore mieux !

ma-note

8,5/10

Publicités