Un peu de blabla… Sur les surdoués

Hello !

Comme promis dans mon article sur ma PAL, voici le deuxième article qui va parler des surdoués et leur quotidien.

J’ai décidé d’écrire cet article suite à la vidéo qu’a fait Léa de la chaîne Booktube Léa-Lectureavie. Je vous invite d’ailleurs à aller la voir parce qu’elle est très touchante.

Je précise, avant de commencer, que je vais parler de mon cas à moi et que tout le monde est différent mais n’hésitez pas à réagir en commentaire !

*****

Petite, j’étais dans une école où l’on pouvait rentrer à partir de deux ans et on nous préparait à la maternelle. Je suis restée un an, puis j’ai déménagé dans un petit village.

Je suis entrée en Petite Section normalement, puis au bout de deux/trois mois, les maîtresses ont décidées de me faire passer en Moyenne Section parce que j’avais déjà fait toutes les activités dans mon ancienne école. J’ai donc sauté ma première classe à l’âge de trois ans mais ça ne s’est pas arrêté là !

A mon arrivée en CE1, la maîtresse avait une façon bien à elle de nous faire travailler. A chaque début de semaine, nous recevions une pochette avec tous les exercices à faire dans la semaine et les éventuels textes à lire. Ma maîtresse s’est très vite rendue compte que je le finissais tout le temps le jeudi matin et que je passais ensuite plus d’un jour à m’ennuyer. La directrice de l’école m’a fait passer des tests pour voir si j’avais les capacités de passer directement en CE2 et il s’est révélé que j’en était tout à fait capable ! C’est à ce moment-là que j’ai sauté une deuxième classe et c’est ensuite que certains problèmes ont commencés.

A mon arrivée en sixième, je suis allée dans un collège différent de mes amis et je ne connaissais absolument personne ! J’ai réussi à m’intégrer tant bien que mal et me suis fait des amies avec qui je reste toujours car nous sommes dans la même classe au lycée. Mais c’est aussi cette année que j’ai été victime de harcèlement par rapport à mon âge et mes notes. C’était une fille de ma classe qui a commencé à m’insulter donc sur ce point-là, je pouvais me défendre. Mais ensuite, elle a commencé à régulièrement me taper, me tirer les cheveux et là, impossible de me défendre seule parce que je n’avais pas de force. Son truc après ça, c’était d’aller voir les surveillants et de dire que c’était de ma faute alors que c’était moi la personne en pleurs.  J’en ai très vite parler à mes parents, à ma professeure principale et tout s’est réglée mais ça a quand même été un moment assez difficile à vivre parce que je n’avais vraiment plus envie d’aller au collège à cause de ça.

Je vous avoue que très peu de personnes autre que mes proches sont au courant de cette histoire mais j’ai décidé de vous la confier pour que vous compreniez un peu mieux la suite de l’article.

*****

Ce donc je veux vraiment vous parler, c’est maintenant la vie que je vis. Je n’ai jamais fait de tests de QI mais on peut très bien comprendre qu’il est supérieur à 130 (seuil de la surdouance)  rien qu’en voyant mes capacités. J’ai énormément de facilités à retenir mes leçons et pour les contrôles que j’ai au lycée, je révise au maximum une demi-heure et des fois pas du tout.

Je sais que beaucoup de gens envient ces capacités mais ça peut être un fardeau parfois car les gens vous prennent pour l’intello de service, la personne à qui l’on peut demander les réponses pour le travail à la maison. Tout ça se calme au lycée parce que l’on devient plus mature. Et c’est la qu’est mon problème ! J’ai énormément de mal à être comprise à 100% car je suis très mature pour mon âge et voire plus mature que mes amies qui ont deux ans de plus. Ca m’arrive très souvent qu’elles ne comprennent pas pourquoi je fais un drame pour telle chose alors que c’est normal pour elles etc… J’ai aussi un problème avec mes notes parce que dans les matières scientifiques, j’essaye toujours d’avoir plus de 16/17 et je suis déçue quand j’ai seulement 15 mais pour elles, c’est une super note et je ne devrais pas me plaindre ! Elles visaient un 12 et ont eu 10, mais dans leur cas et le mien, c’est pareil. On visait toutes une note et on a eu deux points de moins, c’est juste que l’on avait pas le même objectif.

Etre surdoué signifie aussi avoir des problèmes pour se sociabiliser. Je n’ai pas eu de mal à me faire des amis en sixième mais maintenant, j’ai un peu plus de mal parce que les gens sont réticents à rester avec quelqu’un de beaucoup plus jeune qu’eux. Ils imaginent que je suis une gamine dans ma tête alors que c’est un peu le contraire. C’est pour ça qu’à mon arrivée au lycée, je n’ai rien dit aux gens avec qui je restais et que je ne connaissais pas sinon ils allaient m’exclure. Au bout de deux ou trois mois, certains ont appris que j’étais plus jeune mais ça ne les a pas choqués vu que je leurs avait parlé et qu’ils m’avaient acceptés.Si je leur avait dit dès le départ, je suis sûre qu’ils m’auraient tout de suite rejetée !

Tout ça pour vous dire qu’il ne faut absolument pas envier les surdoués parce que notre vie n’est pas aussi simple que ça ! Au contraire, nous avons toujours des épreuves à surmonter au quotidien !

J’espère que cet article ne vous aura pas paru trop long et qu’il est assez bien construit parce que c’est assez compliqué de parler de tout ça. En tout cas, écrire cet article m’a beaucoup plu même si cela a ramené de pas très bons souvenirs à la surface. Mais ça en vaut la peine parce que c’est pour vous et je sais que vous ne me rejetterez pas !

Merci d’être là parce que vous êtes une communauté super qui accepte les gens tels qu’ils sont en faisant abstraction de leurs défauts, leurs handicaps…

Si vous aimeriez que j’écrive un article du même genre mais sur un autre sujet, n’hésitez pas à le dire !

Bisous !

Publicités