Les roses et les oranges, tome 1 de Francine Godin-Savary

Le livre :

La déferlante

Broché

254 pages

Livre Actualité

18 euros

resume

Paul, fils de Lord Hinston, châtelain de Trawnington, paisible village du Devon, est amoureux de Françoise Henrisson, tandis que son ami d’enfance Michaël est épris de sa jumelle Florence. Tout coulerait de source si les jumelles n’étaient d’une ressemblance remarquable et n’avaient eu l’idée d’échanger leurs tenues un jour sur deux et si Mark, leur aîné, exilé un temps en Suisse avec leur oncle Jérôme, ils sont tout trois orphelins, ne revenait à Trawnington plus amoureux de Paul qu’il a côtoyé enfant que jamais. Un jour, il ose se déclarer.

mon-avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’autrice qui m’a gentiment envoyé son roman.

Pour ceux qui ont lu le résumé juste au-dessus, j’avoue qu’il n’est pas très clair et je vais vous le réexpliquer avec mes mots. C’est donc l’histoire de Paul qui aime Françoise. Cette Françoise a une jumelle, Florence et qui aime Michaël, l’ami de Paul. Et au milieu de tout ça, il y a Mark, le grand frère des deux jumelles, qui aime Paul. En gros, ça fait une sorte de triangle amoureux avec Paul au milieu et qui est partagé entre Françoise et Mark.

Tout ça pour vous dire que l’histoire est un peu complexe surtout quand on n’a pas trop compris le résumé au départ. Et cette particularité m’a empêchée de rentrer immédiatement dans l’histoire parce que je n’arrivais pas à trouver les liens entre les personnages et je confondais souvent Peter, le père, et Paul, son fils.

J’ai trouvé que l’histoire mettait un peu de temps à débuter. L’action commence à environ un tiers du livre et c’est à partir de là que ça commence à devenir vraiment intéressant.

J’ai adoré le personnage de Mark parce qu’il assume entièrement son homosexualité et n’a pas peur des conséquences que peut avoir cette particularité. Parce que oui, le livre se déroule au XXème siècle donc ce n’était pas accepté et de nombreuses personnes, comme Peter, n’étaient pas très ouvertes d’esprit. J’aimerais beaucoup avoir le courage de Mark parce qu’il n’a vraiment pas peur de dire ce qu’il pense et il se moque de l’avis des autres.

Seul petit bémol dans tout ça, il y a beaucoup de fautes de frappe dans le roman. Il y a souvent des apostrophes qui sont partout sauf là où on les veut et j’ai trouvé quelques fautes de ponctuation avec des points manquants. L’autrice a voulu intégrer des phrases en allemand vu qu’il y a la seconde Guerre Mondiale en fond et je trouve ça génial, sauf quand il y a des fautes dans les mots. J’en ai relevé deux : Kaninchen (lapin) qui était sans majuscule alors qu’il y en a toujours une au nom commun et Obersturmführer (lieutenant) où le « h » n’était pas à la bonne place.

Bon, en résumé, c’était une lecture très agréable avec comme sujet principal l’homosexualité mais il y a un siècle ce qui le rend d’autant plus intéressant.

ma-note

8/10

 

Publicités