Uglies de Scott Westerfeld

Le livre : 

Uglies

Poche

448 pages

Pocket Jeunesse

7,80 euros

resume

Dans le monde de l’extrême beauté, les gens normaux sont en danger.

Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’Opération et à intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally découvre le monde des rebelles. Là-bas, elle apprend que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation.
Que va-t-elle choisir ? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection ?

mon-avis

Ce roman traîne dans ma PAL depuis une éternité, tout comme les deux tomes suivants et le hors-série et je me suis dit que l’été était la période idéale pour parler de beauté. Je l’ai fini il y a deux semaines déjà mais comme je suis partie en vacances (je m’excuse de ne pas vous avoir prévenu), je n’ai pas pu écrire ma chronique plus tôt.

La nature n’avait pas besoin d’une opération pour être belle. Elle l’était, tout simplement.

Le roman est divisé en trois parties : le virage de la beauté, la fumée et dans les flammes. J’ai trouvé la première très longue mais elle reste tout de même utile au roman car c’est ici que l’auteur pose toutes les bases du monde des Uglies et des Pretties. Et cet univers n’est pas vraiment tout rose comme on pourrait le penser. Les gens sont conditionnés pour se dire que rester moche toute sa vie est impossible. Ils veulent tous devenir beaux même s’il se ressembleront tous plus ou moins car ils auront les mêmes traits.

L’un des avantages de la beauté, c’est qu’on vous pardonne plus facilement d’être insupportable.

J’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire parce que le personnage de Tally était vraiment très agaçant. Elle est vraiment très égoïste parce qu’elle veut absolument rejoindre son meilleur ami Peris du côté des Pretties. Sauf que sa rencontre avec Shay va tout bouleversé. Cette adolescente de seize ans est tout le contraire de Tally. Elle ne veut pas devenir belle. Elle veut rester Uglies et rejoindre un certain David dans une ville nommée la Fumée.

Je n’ai pas peur d’avoir l’air de ce que je suis.

Malgré les défauts des personnages qui m’ont parfois dérangée, le message que veut faire passer l’auteur est ce qui m’a le plus touchée ! Rien ne sert d’être d’une beauté incroyable pour que les gens nous apprécie. Nos amis, nos proches nous apprécient pour notre façon de penser, d’être et non pour notre apparence physique. L’auteur nous fait très bien comprendre sa pensée parce qu’il ne survole pas le sujet. Il est présent pendant tout le roman et parfois je me suis sentie oppressée que l’on évoque tout le temps ce sujet.

Dans le monde de l’extrême beauté, les gens normaux sont un danger.

En bref, ça a été une lecture qui m’a un peu déçue mais j’espère que le second tome ma plaira plus. Je le conseille à tout le monde mais la dystopie et le sujet traité peuvent être un peu durs pour les plus jeunes.

ma-note

7/10

Publicités